CREATION DU BLOG le 04 AVRIL 2010 déjà 8 ans.
1945 à 1965, QUARTIERS DE CASABLANCA:
OASIS, FERME BRETONNE, BEAUSEJOUR, BURGER, FRANCEVILLE, RIVIERA, AIA,
VUES, PHOTOS, RÉCITS, COMMENTAIRES.

http://i40.servimg.com/u/f40/14/90/65/65/acole_12.jpg
ECOLE DE L'OASIS 1955 1956.Voir les noms connus à ce jour dans le sujet "LES ECOLES DE L'OASIS"
Administration de casaoasis: Marcel MARTI - Retraité. Région Parisienne.
-------------------------------------------------
*** ***http://i40.servimg.com/u/f40/14/90/65/65/bonjou10.gif***https://i58.servimg.com/u/f58/14/90/65/65/mains_10.jpg *** http://i40.servimg.com/u/f40/14/90/65/65/salut_10.gif*** ***

------------------------------------------
Dernière mise à jour le 24 AOÛT 2018 à 11h50'
Casaoasis compte aujourd'hui 193 membres inscrits
Dernières inscriptions le: MAI 2018: Kergroes(Jeanne H.) et Claudine S... du Canada. JUILLET 2018: Gérard D.... d'Allemagne. AOUT 2018:
Réinscription de Najat de Casa.

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

Derniers commentaires

Annonce

Liens

  • CASABLANCA MA VILLE ET LES QUARTIERS de CASABLANCA

Archives

14 Nov 2013 - 00:38:20

Comment as tu fait pour survivre...?

Document envoyé par D.P et adapté par M.M
Mer 15 Déc 2010 - 13:10

Comment as tu fait pour survivre...?

Si tu as été enfant pendant les années 50, 60 ou au début des années 70
(comme nous…)...


 













 - Enfants, nous allions dans des voitures sans 
ceintures de sécurité, ni airbags. Voyager à l’arrière 
d’une camionnette était une promenade sympa.
On s’en souvient encore...
- Nos berceaux étaient peints avec des couleurs 
brillantes à base de plomb !
- Il n’y avait pas de bouchons de sécurité sur les 
bouteilles de médicaments, ni sur les tiroirs ou les 
portes...
- Quand nous partions à vélo, nous n’avions ni 
casque, ni protection pour les coudes ou les genoux. 
Et c’était génial, quand on transformait notre vélo 
en “moto” avec un simple gobelet en plastique sur 
la roue arrière.
- On buvait de l’eau du robinet du jardin ou là où 
on en trouvait, jusqu’à ce qu’on n’ait plus soif. 
On n’avait pas de bouteille d’eau minérale.
- On mettait des heures à construire des voitures 
avec des caisses et des tuyaux et, ceux qui avaient 
la chance d’avoir un ami avec un vélo, en profitaient 
pour se faire remorquer et... en haut de la pente, 
ils se rappelaient qu’ils n’avaient pas de freins !!!
Après quelques chocs, on a appris à résoudre le 
problème... On se laissait tomber contre un arbre ou 
par terre. 
Eh oui ! A l’époque, il n’y avait pas beaucoup 
de voitures !
- On sortait jouer à la seule condition de rentrer pour 
l’heure du repas... Ou à la tombée de la nuit.
- On allait à l’école seulement le matin, on rentrait manger 
après avoir savouré des fruits tout au long du chemin...
- On n’avait pas de portable... Comme ça... personne 
ne pouvait savoir où on traînait !!! 
¡¡¡ Impensable !!!
- On se coupait, on se cassait les os, on perdait des 
dents, mais, il n’y a jamais eu de plainte pour ces 
accidents...
Personne n’était coupable... seulement nous-mêmes.
- On mangeait de tout, des biscuits, du pain, du chocolat, 
des glaces. Nous buvions des boissons sucrées mais 
n’avions pas de problèmes de poids, car l’on passait la 
journée à courir et à jouer.
- On partageait un coca entre quatre (quand l’on pouvait 
se l’acheter et c’était la bouteille en verre d’un litre)... 
On buvait tous à la même bouteille et personne n’est mort 
pour ça.
- On n’avait pas de Play Stations, MP3, Nintendo 64, 
XBoxs, Jeux Vidéo, 99 chaînes de TV par câble, 
vidéograveurs, ciné, son “surround”, portables, ordis, 
“chat-rooms”, Internet, etc ... 
Par contre: On avait de vrais amis !!!
- On sortait, on prenait nos vélos ou on marchait jusqu’à 
chez nos copains, on sonnait ou...on entrait tout 
simplement sans sonner et on allait jouer...
Là dehors !   Dans ce monde cruel !   Sans un gardien 
payé par Papa!
- On jouait avec des bâtons, avec des balles de tennis, 
aux policiers et aux voleurs, à cache-cache, au football, 
au ballon prisonnier, et dans l’équipe qui se formait 
pour jouer, quelques uns n’étaient pas choisis. 
Mais, ça n’a  jamais fait de drame. 
- Certains n’étaient pas de très bons élèves, ils devaient 
simplement redoubler l’année quand ils ne réussissait pas. 
Personne n’allait chez le psychologue, ni le 
psychopédagogue, il n’y avait pas de dyslexie. 
Simplement, on redoublait et on avait une deuxième 
chance.
- On avait de la liberté, des succès et des échecs, 
des responsabilités...
Et on a appris à gérer.
- Es-tu de cette génération ? 
Si tu l’es, donne-toi une minute de réflexion et envoie 
ce message à tes amis. Peut-être pendant quelques 
instants ils vont oublier la vie agitée qu’ils vivent et 
redeviendront les enfants d’autrefois...
Certains dirons sûrement :
               « Qu’est-ce-que c’était que ça ? !!! »
Mais... qu’est-ce qu’on était HEUREUX
C’ETAIT SI PEU ..... !!!

AMI(E) DE CASAOASIS, JE TE SOUHAITE 
UNE BELLE JOURNÉE ! 



Admin · 4847 vues · 3 commentaires

Lien permanent vers l'article complet

http://casaoasis.sosblog.fr/Le-quartier-d-avant-b1/Comment-as-tu-fait-pour-survivre-b1-p163.htm

Commentaires

Commentaire de: Admin [ Membre ]
Effectivement, ces "Pierres à Feu" comme on les appelées, sentaient l'odeur du souffre dans nos poches de pantalons courts. Nous les jetions aussi contre les murs ou bien au sol pour le plaisir d'entendre leurs éclatements et aussi voir leurs étincelles.
   27/01/2016 @ 23:02:32
Commentaire de: Espanel Bernadette [ Visiteur ]
Quelqu'un se souvient-il des pierres à feu que nous achetions chez le petit épicier à côté de l'école de l'Oasis ? nous les frottions sur les murs pour qu'elles fassent des étincelles !
   25/01/2016 @ 23:42:46
Commentaire de: Espanel Bernadette [ Visiteur ]
Quelqu'un se souvient-il des pierres à feu que nous achetions chez le petit épicier à côté de l'école de l'Oasis ? nous les frottions sur les murs pour qu'elles fassent des étincelles !
   25/01/2016 @ 23:42:38

Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)